LIVE
  • Prochain live : chaque mardi à 20h30

Vue entre les jambes: le cliché en poster

Y a-t-il plus un cliché plus macho qu’une vue plongeante entre les jambes d’un protagoniste face à son ennemi(e)? De telles scènes de films ont inspiré de nombreux posters, avec plus ou moins de bon goût. L'accent est parfois mis les jambes (arquées comme celles d’un cowboy, longues et élancées comme celle d’une femme – sexisme masculin de premier ordre), sur l’espace entre les jambes (la cible, l’opposant ou des personnages au regard médusé), sur le vide entre les jambes ou ce qui le remplit comme le titre du film ou le nom des acteurs. Les jambes forment généralement un V inversé naturel mais les personnages peuvent aussi prendre des poses différentes et suggérer aux spectateurs leurs intentions.

Le bon usage de cette mise en page est aussi une question de genre: facile à justifier pour un western hollywoodien des années 1950-60, emprunt sarcastique dans une comédie, copier/coller assumés dans un film d’action moderne… jusqu’ à ce que des esprits plus audacieux s’approprient et réinterprétent ce cliché. Dans les exemples qui suivent, on trouve un peu de tout: du très mauvais au surprenant, issus d’époques différentes.

 


Les jambes arquées d'un cowboy en 1952...


en 1962 dans la version polonaise du poster du classique El Dorado...


... ou dans un western de 2007.


Le James Bond de Roger Moore n'a pas échappé à ce cliché...


... pousser à l'extrême du sexisme par The Transporter: femme forte et (nécessairement) sexy


StarWars, à la sauce Western!


Les comédies utilisent ce point de vue entre les jambes avec plus...


...ou moins de succès.


Affiche alternative et minimaliste des Dents de la Mer où les jambes nagent dans le vide. Un vide qui nous fait nous demander: mais où est donc le requin?


Autre version de cette réinterprétation du cliché dans une affiche sensuelle et réussie de Inherent Vice


7 nominations aux Oscars dont une remportée (meilleur réalisateur), l'affiche du Lauréat de Mike Nichols nous parle des tentations d'un jeune homme avec goût...


... à l'opposé celle-ci.


L'irrévérence de Larry Flint, jusque dans le poster du film...


... et le fashionista autrichien Brüno qui rompt la convention: oubliés les formes et les espaces delimités par les jambes. Ce sont les couleurs qui guident le regard le long des jambes, du champ via le short jusqu'au regard loufoque du personnage.

 

Portrait de MarquisDaily
MarquisDaily

Cinéphile, photoshoppeur et rédacteur en herbe

Connectez-vous ou inscrivez-vous pour publier un commentaire