Prochain live
  • Prochain live : chaque mardi à 19h

The Promised Neverland : un shônen thriller comme on en fait plus

Le Shônen Jump publie des dizaines de nouveaux mangas par an. La plupart ne passent pas la barre des trois tomes. Mais chaque année, une petite poignée de titres survivent pour devenir des grands noms. Le cru 2017 nous a donné Dr Stone, dont on vous a parlé plus tôt ce mois-ci. The Promised Neverland est le seul survivant de l'année 2016. Mais quel survivant.

Il a mis un temps fou à s'exporter du Japon. Pourtant, voilà des mois que Kazé en assure la promotion, créant un effet d'attente considérable. The Promised Neverland vaut-il le coup ? La réponse est sans nul doute oui. On pourrait même vous conseiller de l'acheter aveuglément, sans même lire le synopsis. C'est certainement le meilleur moyen de découvrir ce petit bijou. 


L'intrigue ultra-prenante de The Promised Neverland s'accompagne de visuels forts recherchés et remplis de symboles.

Pour celles et ceux qui avez tout de même besoin d'un pitch pour vous jeter à l'eau, essayons de dresser le tableau sans spoiler. Ecrit par Kaiu Shirai et dessiné par Posuka Demizu, The Promised Neverland raconte l'histoire d'un trio de petits génies, Emma, Norman et Ray. Ils vivent avec leurs frères et sœurs adoptifs dans un orphelinat tenu par la douce Mama. Leur petite vie tranquille va vite tourner au cauchemar.

Nous n'avons pas à faire à un nekketsu, un manga de baston type Naruto. Non, c'est un thriller 100% pur jus. La tension règne à chaque instant. Les stratagèmes se multiplient et s'empilent, chaque fin de chapitre laissant le lecteur en haleine. Dans le Jump, on n'a pas vu pareil depuis l'âge d'or de Death Note. C'est dire.

Enfin, on notera qu'à l'heure où ces lignes sont écrites, la nouvelle vient de tomber : The Promised Neverland aura droit à son anime. Certains diront "déjà ?". D'autres répondront "il était temps".

Portrait de Gaerynn
Gaerynn

Rédacteur avide de manga, comics et de pop culture en général. Bow-ties ares cool.

Connectez-vous ou inscrivez-vous pour publier un commentaire