LIVE
  • Prochain live : chaque mardi à 20h30

Bond. Jane Bond.

Alors que Daniel Craig pourrait être remplacé dans le rôle iconique de James Bond, des voix se sont élevées pour considérer une actrice plutôt qu’un acteur: Emily Blunt, Priyanka Chopra… et Gillian Anderson. Cette dernière a répondu à ses admirateurs avec humour.

Jane Bond

Que ce soit dans la sélection des acteurs, les choix scénaristiques et le traitement de sujets sociétaux, l’influence des médias sociaux se fait grandissante. En plus du cas de James Bond, prenons quelques exemples. Batman v Superman : l’aube de la justice a été considéré par beaucoup comme trop sérieux. Alors que Marvel savoure le succès d’un Deadpool azimuté et salué par les fans, Warner Bros et DC Comics ont décidé de modifier Suicide Squad en commençant par le ton de la bande-annonce (Bohemian Rhapsody de Queen en prime). Une dose d’humour devrait être ajoutée dans certaines scènes. Les reshoots ont été faits. Ils sont coûteux (on parle de plusieurs dizaines de millions de dollars) mais une nécessité pour répondre aux attentes des spectateurs et du box-office.

Le mardi 24 mai, le hashtag #GiveCaptainAmericaABoyFriend (« donnez à Captain America un petit ami ») a fait parler de lui sur les réseaux sociaux comme Twitter et Instagram. Il n’est resté dans le Top 10 des hashtags les plus utilisés durant quelques heures seulement. Et pourtant les médias en parlent et notamment de la présence dans les films Marvel ou DC Comics de superhéros autres qu’hétérosexuels. Rien de nouveau: Disney a souvent été accusé de promouvoir des valeurs controversées à un public généralement jeune. Ce fut le cas de Frozen (2013). Sa chanson Let it go est dans le Top 100 des vidéos les plus « dislikes » de Youtube. Ses paroles sèment le doute chez certains sur un possible "coming-out" d'Elsa et font débat:

Frozen
A vous de deviner un sens caché:
Couldn't keep it in, Heaven knows I tried. Conceal, don't feel, don't let them know. Well, now they know!
Je ne pouvais plus le garder en moi. Le ciel sait que j’ai essayé. Dissimuler, ne pas ressentir, ne pas leurs dire. Et bien, maintenant, ils savent !

On peut voir l’embarras des professionnels. A chaque polémique sur les orientations sexuelles d’un personnage ou l’ethnicité d’un acteur ou d’une actrice, les figures de styles plus ou moins xyloglotes obscurcissent leurs propos. Voici ce que les frères Russo, réalisateurs de Captain America : le soldat d’hiver (2014) disaient en décembre 2015: « les gens peuvent interpréter la relation [entre Captain America et Bucky] comme ils le souhaitent… C’est un plaisir de voir les gens débattre à ce sujet, sur ce que cette relation signifie pour eux. Nous ne le définirons jamais explicitement en tant que réalisateurs mais leurs laissons le choix de l’interprétation ». Pas d’engagement donc: il semble falloir avant tout ménager les opinions toutes tendances confondues et se dissimuler dernière le contexte culturel de l’époque, les choix artistiques des uns et la libre interprétation des autres pour ne pas prendre parti.

Captain & Bucky
Captain America & Bucky: amis ou amis?

Certains diront que les médias sociaux et leurs groupes d’influence ne sont pas représentatifs ni légitimes pour imposer les thèmes de débats à l’ensemble de la planète. A l’inverse, d’autres argumenteront que le comité exécutif d’un studio de production américain l’est encore moins. On en finit par simplement apprécier la possibilité qu’a un scénariste, un monteur, un écrivain ou une actrice comme Gillian Anderson, en somme les vrais créateurs de contenu, d’échanger avec leur public et de s’enrichir. Ils nous le rendront au centuple dans leurs prochaines oeuvres.

 

Portrait de MarquisDaily
MarquisDaily

Cinéphile, photoshoppeur et rédacteur en herbe

Connectez-vous ou inscrivez-vous pour publier un commentaire