Prochain live
  • Prochain live : chaque mardi à 20h30

This is Us: sortez vos mouchoirs

Attention, cet article contient des spoils. La vidéo ci-dessous dévoile la quasi-intégralité du pilote.

Si vous aimez sortir vos mouchoirs en regardant une série, This is Us est faite pour vous. Diffusée sur NBC aux E-U et Canal+ en France en fin d’année 2016, cette série a été nominée par trois fois aux Golden Globes dans la catégorie « Meilleure série télévisée dramatique » et à deux reprises pour la « Meilleure actrice dans un second rôle. »

Dan Fogelman est en le créateur et producteur exécutif. On lui doit le script de films (Las Vegas, le très réussi Crazy, Stupid, Love), des films d’animation (Cars, Cars 2, Bolt) et de séries (Galavant, Pitch, The Neighbors). Comédies, drames, sport : l’homme est polyvalent. Dans un entretien avec Decider, il affirme que « toute cette affaire sur This is Us faisant pleurer les gens, c’est probablement formidable mais ce n’était pas intentionnel ni quelque chose que j’avais prévu. » On ne le croit pas deux secondes. Sa série est touchante et elle aurait tout d’un téléroman lacrymogène si elle n'était pas aussi remarquablement jouée par des acteurs très attachants.

This is Us se veut être un portrait des Etats-Unis d’aujourd’hui : richesse et pauvreté, solitude et popularité, homosexualité et tolérance, obésité et culte du corps, enfance et mort…  De nombreux sujets sociétaux sont abordés avec beaucoup de finesse. Pour ce faire, la série nous raconte l’histoire d’une famille recomposée et plus particulièrement de deux frères et d’une sœur et, 35 ans plus tôt, celle de leurs parents. Le récit est étiré sur plusieurs lignes chronologiques mais contrairement à Westworld, il ne tente pas de tromper le spectateur. Les histoires se croisent intelligemment, le passé graduellement dévoilé expliquant les comportements des personnages dans le temps présent.


« Big Three ! » : Kevin, Kate and Randall

Kevin et Kate sont jumeaux. Afro-américain, Randall est leur frère, adopté à leur naissance par Rebecca et Jack Pearson. Les trois enfants deviennent adolescents puis adultes accomplis, époux, amants, parents eux-mêmes. Bien que viscéralement attachés les uns aux autres, chacun suit sa propre destinée. Kate, remarquablement interprétée par Chrissy Metz, est une assistante et souffre de surcharge pondérale qui mine son estime de soi et sa vie privée. Sterling K. Brown campe Randall : surdoué, professionnel accompli, il recherche dans son perfectionnisme une façon d’échapper aux préjugés sur sa couleur de peau. Sa relation difficile avec ses pères (biologique et adoptif) est tempérée par la seule mère qu’il connaisse, Rebecca (Mandy Moore) au prix de quelques mensonges. Déjà remarqué dans de nombreuses séries (Army Wives, The People v. O.J. Simpson), on retrouvera Brown sous peu dans la suite de Predator (2018) et Black Panther (2018).

Justin Hartley interprète Kevin. Playboy candide, acteur à la recherche d’un rôle le prenant au sérieux, il étonne par l’aisance avec laquelle il alterne comédie et drame. Le personnage est une sorte de Joe dans Friends, plus raffiné et, chose étonnante, avec une voix qui rappelle celle de Tom Cruise. Présent pendant deux ans dans le soap opera The Young and the Restless (Les Feux de l'Amour en vf, 11000 épisodes tout de même), le destin de Kevin évoque celui de son acteur qui a trouvé avec This is Us, une belle opportunité de montrer ses talents d’acteur.

Le reste du casting serait trop long à évoquer. Mais on ajoutera tout de même à la liste Milo Ventimiglia, excellent en frère poule, et Ron Cephas Jones, père biologique de Randall, dont la voix posée et digne fait penser à une auguste chouette donneuse de leçons d’un film d’animation – telle est la description qu’en fait Kevin, référence à la longue collaboration entre le producteur Dan Fogelman et Pixar.

Le dernier épisode de la première saison sera diffusé le 14 mars. Rassurez-vous, This is Us a été confirmé pour deux autres saisons soit 36 épisodes supplémentaires. On espère qu’elle continuera à jouer de nos cordes sensibles avec adresse. Alternant bonnes nouvelles réchauffant nos petits cœurs avides d’amour et climax dramatiques, il ne faudrait pas que des arcs narratifs à rallonge et l’introduction inopportune de nouveaux personnages ne diluent cette série dont la force réside dans la cohésion et la prestation de ses acteurs, enfants comme adultes (tweet ci-dessous). Lancer une excellente série, c’est parfait. Savoir la conclure, c’est encore mieux.

 

Portrait de MarquisDaily
MarquisDaily

Cinéphile, photoshoppeur et rédacteur en herbe

Connectez-vous ou inscrivez-vous pour publier un commentaire