LIVE
  • Prochain live : chaque mardi à 20h30

Retour sur la saison 3 de Better Call Saul

Attention, cet article s'adresse aux personnes ayant visionné l'intégralité de la saison 3 de Better Call Saul. Pluie de spoilers en vue, vous êtes prévenus !

Après celui d'American Gods (disponible depuis lundi sur Amazon Prime) et avant celui de Fargo (jeudi), le "season finale" de la troisième saison de Better Call Saul a été ajouté ce mardi au catalogue français de Netflix. Remarquable, ce dernier épisode vient clôturer une saison passionnante, parfois lente mais de grande qualité. La rédaction a sélectionné, rien que pour vous, les éléments qui l'ont marquée :

La descente aux enfers de Chuck

On l'a critiqué, injurié, détesté... Chuck débutait cette saison 3 avec une réputation peu flatteuse. Après avoir piégé son frère en fin de saison 2, l'aîné du clan McGill se trouvait en position de force, plus que jamais prêt à interdire Jimmy d'exercer son métier d'avocat. Et pourtant, l'apparente sérénité qu'il dégageait lors des quatre premiers épisodes de cette saison s'est subitement évaporée. Fin d'épisode 5, tout bascule pour lui. Jimmy le piège avec une simple batterie de téléphone. Censé souffrir d'hypersensibilité électromagnétique, Chuck perd toute crédibilité (notamment aux yeux de la justice) quand il retrouve cette fameuse batterie dans une de ses poches durant le procès de son frère. A partir de là, l'ancien fondateur d'HHM ne cessera d'être obnubilé par sa pathologie, tentant de la surmonter à tout prix. En voie de guérison, il va être durement lâché, puis humilié par ses pairs (cf la scène de sa "démission"). C'en est trop pour lui... Chuck perd la boule. La saison se termine sur une scène puissante, émouvante, celle de son suicide, magnifiquement mise en scène par Peter Gould (réalisateur de l'épisode et co-créateur de la série avec Vince Gilligan).

Le tour de passe-passe de Nacho (Ep 8)

Pardonnez l'expression, mais qui n'a pas suinté du cul durant cette scène ? Trois minutes haletantes durant lesquelles Nacho doit discrètement échanger les pilules d'Hector Salamanca et réussir à les remettre dans la veste de ce dernier. Une seule chance, pas le droit à l'erreur... Dans cette scène visuellement simple mais efficace, l'interprétation de Michael Mando fait toute la différence : le regard vide, la mine abattue, le visage en sueur... Un moment de tension maximale !

L'accident de Kim Wexler (Ep 9)

Comment ne pas mentionner cette scène extraite de l'épisode 9 ? Kim Wexler au volant de sa voiture. On la sait fatiguée, épuisée des efforts fournis pour devenir une avocate indispensable, respectée et appréciée. Tout au long de cette scène, on sent qu'un incident aura lieu. C'est évident ! Et pourtant, grâce à un montage terriblement bien pensé, l'accident de Kim surprend et secoue le spectateur. Il nous rend presque aussi coupable qu'elle d'avoir eu ce moment d'égarement. La soudaineté et la violence de l'impact offrent un réalisme certain. Scotchant.

"Manigances" (Ep 5) ou comment réussir un huis-clos

Même s'il est difficile de désigner quel épisode a été le meilleur cette saison, la rédaction souhaite en saluer un en particulier : il s'agit de l'épisode 5, intitulé Manigances (Chicanery en V.O). Celui-ci marque un véritable tournant, notamment en inversant le rapport de force entre les frères McGill. Jimmy triomphe, Chuck déchante ! Cet épisode se déroule principalement sous la forme d'un huis-clos et c'est en cela qu'il est intéressant. Toute cette partie durant l'audition au barreau du Nouveau-Mexique est brillamment écrite, elle captive. Chaque déclaration faite, chaque question posée par les personnages font monter la pression jusqu'à atteindre un summum avec le piège mis au point par Jimmy contre son frère.

Gus Fring : une arrivée tonitruante ?

L'annonce de son arrivée dans le show avait fait grand bruit. L'emblématique Gus Fring de Breaking Bad est cependant assez en retrait dans Better Call Saul. En effet, l'intrigue de cette troisième saison tourne en grande partie autour d'un autre baron de la drogue, Don Hector. Ce dernier a éclipsé Gus. Et même si leur rivalité et certaines de leurs rencontres ont été montrées à travers des scènes intenses, on reste un peu sur notre faim. Et pour l'instant, la relation entre Mike Ehrmantraut et Gus n'est pas énormément développée non plus. Néanmoins, les tournures prises par cette fin de saison 3 laissent envisager une place plus importante pour le personnage incarné par Giancarlo Esposito. On croise les doigts.

Et Saul Goodman dans tout ça ?

Du côté de Jimmy McGill, les hauts et les bas s'enchaînent. Sa carrière bat de l'aile, son frère le déteste et sa réputation en prend un coup. Fidèle à lui-même, il est tantôt touchant et attachant, tantôt mesquin et prêt au moindre coup bas (cf Irène et les mamies). Saul Goodman prend peu à peu le pas sur Jimmy. Preuve en est, il commence enfin à utiliser ce pseudo. La phase de transition touche-t-elle enfin à sa fin ? La mort de son frère influera-t-elle sur son parcours ? Réponses en saison 4. S'all good, man ! 

Portrait de Kunaiman
Kunaiman

Sériephile maladif et cinéphile exigeant | Apprenti rédacteur allergique aux spoilers

Connectez-vous ou inscrivez-vous pour publier un commentaire