LIVE
  • Prochain live : chaque mardi à 20h30

Horizon Zero Dawn, un open world référence?

À quelques jours de sa sortie sur Playstation 4 exclusivement, intéressons nous au très prometteur Horizon Zero Dawn, un RPG développé par le studio Guerrilla Games à qui l’on doit la série des Killzone. Voici donc notre tour d’Horizon.

LA TERRE NE NOUS APPARTIENT PLUS

Avant toute chose, plaçons le contexte. Le joueur incarne la chasseuse Aloy, dans un monde post-apocalyptique caractérisé par une végétation luxuriante, les ruines de notre civilisation effondrée depuis 1000 ans, mais surtout par la présence dominante de robots-dinosaures dont certains sont « corrompus » et représentent donc une menace pour les populations. Pour protéger les siens, Aloy est capable de se battre à l’aide d’un arc futuriste mais également au corps-à-corps et à l’aide de pièges dont l’originalité est montrée dans les différentes vidéos de gameplay montrées depuis l’annonce du jeu lors de l’E3 2015.

On sait peu de choses sur le scénario du jeu, écrit par John Gonzalez, un ancien de la production de Fallout New Vegas, si ce n’est que le joueur sera amené à découvrir la vérité sur les machines qui peuplent ces terres, sur le destin de l’ancien monde et pourquoi l’Homme n’est plus au sommet de la chaîne alimentaire.

PLUTÔT RÔDEUSE, BRAVE OU SURVIVANTE ?

Comme tout RPG qui se respecte, Horizon Zero Dawn prévoit un système de compétences divisé en trois branches : rôdeur, brave ou survivant. La première est associée à la furtivité d’Aloy tandis que la deuxième impacte le combat et la troisième les capacités de survie. C’est en accumulant de l’expérience, gagnée grâce aux quêtes et robots détruits, qu’il sera possible de débloquer de nouvelles compétences et ainsi renforcer Aloy.

Parlons justement des quêtes. Le studio Guerrilla Games semble avoir apporté un soin tout particulier à l’histoire principale – la rédaction du site Gamekult n'annonce cependant rien de transcendant sur sa fin – ainsi qu’aux quêtes annexes dont l’intérêt majeur réside dans la découverte des environs. Toujours dans une logique RPG et bien que l’on ne s’attende pas à ce qu’un Mass Effect pouvait faire, il sera possible de choisir parmi les répliques disponibles lors des dialogues.

UNE FAUNE ET UNE FLORE ABONDANTES

Lors de son annonce en 2015, Horizon Zero Dawn a marqué par l’originalité de son univers qui allie contrées verdoyantes et robots tueurs. Le dépaysement est à l’honneur dans cette nouvelle licence qui, comme le faisait remarquer le magazine JV Le Mag dans un de ses numéros, se range parmi d’autres nouveautés de l’E3 2015 elles aussi vendeuses d’exotisme. Concernant l’étendue des zones à explorer, Des fuites ont révélé une carte plutôt grande. Les récents trailers et phases de gameplay montrent une grande variété des environnements : plaines verdoyantes ou désertiques, forêts, falaises enneigées et même un semblant de citadelle. Ces espaces ne semblent pas vides puisque entre deux parties de chasse, il sera notamment possible de nettoyer un camp de bandit ou récolter de précieuses ressources nécessaire à la fabrication d’objets et munitions.

ALOY ET LES MACHINES

Si les environnements du jeu sont particulièrement originaux, c’est dans les combats que Horizon Zero Dawn apporte une vraie nouveauté. L’arc est l’arme principale d’Aloy, qu’elle pourra utiliser avec des flèches incendiaires, électriques ou encore renforcées pour percer l’armure de fer des robots-dino. Une diversité dans les munitions qui se justifie par les caractéristiques de chaque type de machines : points faibles, comportements, etc. Pour apporter encore un peu plus de stratégie dans les duels, il sera possible d’utiliser des pièges, à l’instar du piège à cordes. Il suffira par exemple d’apeurer une machine un brin froussarde pour qu’elle se prenne les pattes dans la corde et finisse avec une flèche dans le métal. Avec pas moins de 25 types de machines – toutes très différentes et, pour certaines, très impressionnantes, les combats de Horizon Zero Dawn s’avèrent tactiques, intenses et donc très divertissants.

Mais les machines ne servent pas que de défouloir puisqu’en plus de fournir des ressources lorsqu’elles sont détruites, elles peuvent être utilisées à des fins bien plus utiles. Ainsi, pirater un de ces immenses robots-dino permettra de révéler les éléments intéressants aux alentours tandis que les chevaux mécanisés feront office de montures.

PREMIÈRES IMPRESSIONS

Du côté de jeuxvideo.com, c’est un 18/20 que récolte le jeu. La rédaction du site souligne notamment la beauté des paysages, la réussite qu’est Aloy et la technicité des combats mais également la bande-originale convaincante. Au rayon des défauts, l’écriture pèche quelques fois.

C’est aussi du côté de l’écriture du jeu que Gamekult s’attarde dans la partie points négatifs de son test, précisant que le jeu n’est pas prêt d’égaler les grands noms – on pense forcément à The Witcher 3. La rédaction lui accorde tout de même un 7/10.

De manière générale, les rédactions s’accordent sur les qualités et points faibles de ce titre. Sur Metacritic, le jeu est affublé d’un 88/100. Jolie note donc.

Rendez-vous donc le 1er mars pour les possesseurs de PS4 afin de vous faire votre propre avis sur la nouvelle licence de Guerilla Games.

Portrait de Sunzed
Sunzed

Fan d'Emma Stone, amateur de game design et rédacteur principalement JV.

Connectez-vous ou inscrivez-vous pour publier un commentaire