LIVE
  • Prochain live : chaque mardi à 20h30

For Honor : de la nouveauté dans la compétition

Après une beta fermée, Ubisoft a ouvert son prochain jeu, For Honor, au grand public en lançant une beta ouverte du 9 au 12 février sur PC, PS4 et Xbox One. Nous avons pu mettre nos mains sur ce jeu qui apporte un vent de fraîcheur sur le marché.

C’est le point fort du nouveau titre de l’éditeur et développeur français : la nouveauté qu’il apporte. Si le jeu vidéo est souvent critiqué pour sa prise de risques limitée, c’est surtout dans les titres compétitifs que la nouveauté n’est pas florissante. Les MOBA (League of Legends, Dota, etc.) et les FPS (Call of Duty, Battlefield, Rainbow Six Siege ou encore Overwatch) sont nombreux à se disputer pour convaincre un public plus large, sans pour autant briller par leur originalité.

For Honor arrive avec un gameplay nouveau, tactique et technique, dans un univers bien différent des jeux mentionnés plus haut. S’il nous est difficile de ne pas le comparer à Chivalry : Medieval Warfare, on a affaire là à un jeu triple A très convaincant. For Honor est un jeu compétitif vous permettant d’incarner des Chevaliers, Vikings ou Samouraïs et de manier l’arme blanche comme dans aucun autre jeu.

Les premières minutes de jeu révèlent des mécaniques de jeu bien fichues, faciles à comprendre mais techniques. Plusieurs modes de jeu sont disponibles : le classique match à mort par équipe, le mode Dominion dans lesquels il faudra capturer des points répartis sur la carte et le mode Rixe confrontant un ou deux joueurs à autant d’autres.

Chaque partie commence par le choix d’un personnage, membre d’une des 3 factions du jeu. Chacun dispose de ses propres combos, compétences et équipement, personnalisable grâce au butin gagné en fin de match ou dans des caisses à acheter avec la monnaie du jeu. La mécanique au cœur du jeu, baptisée « l’Art du Combat », est en apparence simple : face à un adversaire, il suffit d’orienter le joystick ou la souris vers la direction indiquée (haut, droite ou gauche) pour parer la prochaine attaque. Les choses sont plus compliquées dans la pratique parce qu’elles demandent un bon timing et une certaine concentration. On prend plaisir à mémoriser les combos possibles par son combattant et à essayer d’enchaîner les bonnes touches pour découvrir les animations très classes qui s’ensuivent, notamment celle des finishes. Un combat n’est jamais gagné d’avance et prenez garde aux bords ou votre ennemi pourrait bien vous propulser dans le vide… À moins que vous ne soyez plus rapide. Les compétences, quant à elles, se débloquent en réussissant des actions (prise de points, victimes) et peuvent permettre, entre autres, de ralentir son adversaire ou recouvrir une zone de flammes.

Quelques twists bien venus s’ajoutent aux parties. Il est par exemple possible, en attendant de réapparaître, de passer en vue tactique qui permet de choisir son angle de vue du champ de bataille, vous laissant observer le déroulé de la partie. On apprécie également les soldats : ceux-ci sont une sorte de minions, à la manière des MOBA, qui se battent pour un des points en mode Dominion. Enfin, tout le champ de bataille est animé par des cinématiques en début et fin de partie ou encore par des lancers de catapultes dans le décor.

Le jeu propose, à chaque fin de partie, de déployer des ressources pour défendre les territoires de sa faction ou d’attaquer ceux des autres. Cette bataille à « grande échelle » se tient sur plusieurs jours/semaines et promet une récompense à la faction la plus étalée.

On regrettera tout de même une bande originale plutôt discrète et un contenu en apparence limité. La beta ouverte n'incluait certes pas le mode Histoire - jouable à 2 et dont les premiers retours sont plutôt positifs - mais proposait déjà la plupart des personnages jouables.

Ubisoft a toutefois eu l’excellente idée de répéter le succès de Rainbow Six Siege, qui s’est vanté d’avoir dépassé les 15 millions de joueurs. Tous les nouveaux personnages et cartes seront disponibles gratuitement, à la trappe donc les DLC payants qui divisent une communauté. Cette stratégie de l’éditeur français sera étudiée dans un article à paraître prochainement sur cultnclick.com, restez donc à l’affût.

Reprenant des idées ici et là, For Honor se distingue par un gameplay vraiment différent. On se plaît à croire qu’il a ses chances sur la scène esportive, surtout si Ubisoft montre son soutien comme pour R6 Siege. For Honor est d’ores et déjà disponible dans sa version complète sur PC, PS4 et Xbox One.

Portrait de Sunzed
Sunzed

Fan d'Emma Stone, amateur de game design et rédacteur principalement JV.

Connectez-vous ou inscrivez-vous pour publier un commentaire