LIVE
  • Prochain live : chaque mardi à 20h30

DocGeraud, game designer et Youtuber, répond à nos questions

Game designer et Youtuber, DocGeraud a accepté de répondre à nos questions. Au programme, le jeu vidéo, sa chaîne Youtube, sa production indépendante récompensée au festival du jeu indépendant, Un Pas Fragile, et de bien d'autres choses.

Avant tout, il convient de donner une définition au "game design", souvent confondu avec l'aspect graphique d'un jeu. Le game design est la conception des mécaniques de jeu qui ont pour objectif, non pas de le rendre amusant, mais d'inciter le joueur à continuer sa partie. Les capacités d'un personnage ou encore la manière de le faire évoluer sont le fruit de l'imagination du game designer.

Un métier qu'exerce DocGeraud, après avoir étudié l'ergonomie à l'École Nationale du Jeu et des Médias Interactifs Numériques (ENJMIN). Sur Youtube, il a eu la bonne idée de vulgariser les ressorts du game design. Coeur de jeu, boucles de gameplay, signes et feedbacks, la plupart des ressorts de cette pratique sont expliqués dans sa série de vidéos What's in the game. Désormais, il analyse des jeux indés du moment, dans Game Anatomy, pour mettre en avant les (bonnes) idées de game design à en tirer.

 

Cult'N'Click : Comment t'es venu l'idée de parler de game design sur Youtube ?

DocGeraud : Cette idée vient de deux choses. Déjà, de l'envie que m'a communiqué DrNozman lorsque je le voyais faire grandir sa chaîne de science sur Youtube. J'ai vu qu'il s'épanouissait beaucoup grâce à ses vidéos, même si à l'époque ce n'était pas la méga star qu'il est aujourd'hui. Cela m'a clairement poussé à tenter l'aventure.

Ensuite parce que j'étais sorti de ma licence de game design en ayant appris assez peu de choses en game design, en tout cas pas assez sur la partie théorique. J'ai vraiment pris le temps de lire des livres de design, ce qui était compliqué quand j'étais en licence, ironiquement. J'ai eu l'envie de partager cela sur Youtube. Non seulement parce que personne ne le faisait, mais aussi afin que les gens puissent accéder à ce savoir sans payer une fortune dans une école dédiée.

Tu as annoncé vouloir faire une version courte de Game Anatomy. As-tu d'autres projets en tête pour ta chaîne ?

OUI, PLEIN ! J'ai toujours voulu étendre un peu le spectre de ce que je pouvais partager sur ma chaîne. Déjà, je suis un gros fan de jeux indés et surtout des gens qui les créent. Je passe pas mal de temps sur les forums à lire des devlog, à lire leurs tweets aussi, et parfois à leurs poser des questions. Cela m'a donné l'idée d'un nouveau format : Dev Anatomy. Il consisterait à présenter un auteur au travers de ces jeux, son style, ses outils et pourquoi pas, quelques questions directement posées au concerné.

J'aimerais aussi refaire du Show Me Your Dev, c'est-à-dire montrer le développement d'un jeu. Je continue à faire quelques game jams et ces temps-ci, je fignole mon jeu Un Pas Fragile. Du coup, il y a de quoi montrer du développement, du design, des intentions, comment y arriver, les obstacles, etc. L'idée du stream me revient souvent en tête, histoire de parler de plus de jeux et de créer des discussions avec les gens qui me suivent.

Mais voilà, pour faire tout ça, il faut du temps. J'ai un travail auquel je tiens et qui me prend déjà beaucoup de ressources. Je pense qu'il serait facile pour moi de passer ma vie à produire du contenu sur Youtube (et à faire des jeux bien-sûr). Qui sait, je le tenterai peut-être un jour. (DocGeraud annonce avoir d'autres idées de projets pour sa chaîne, qu'il garde secrets)

As-tu des Youtubers qui parlent de jeux vidéo à conseiller ?

OUTCH, il y en a tellement, et des bons en plus. [Sans détailler mais de tête] : Game Maker's Toolkit, Extra Credits, Errant Signal, Turbo Button, Game Next Door, Pseudoless, Olbius, Un Drop Dans La Mare, Damastès, Ixost, Esteban Grine, Pier-re, Dial-Up (Pier-re + Damastès), Punky et plein d'autres.

Ton jeu Un Pas Fragile a été élu meilleur jeu étudiant à l'IGF (Festival du jeu Indépendant). Peux-tu nous en parler ?

Je l'ai réalisé à l'ENJMIN avec trois autres élèves : Alisée qui a fait toute l'animation du jeu, Grégory qui a fait les décors et Gaspard qui a aidé sur les sons. Et bien-sûr, moi-même : je me suis occupé du game design et de la programmation. C'était notre projet de première année de master et nous l'avons réalisé en deux mois et demi.

Dans Un Pas Fragile, le joueur incarne une sorte de mentor qui va aider Camille, la petite grenouille, à vivre une année en école de danse. Le jeu est constitué de plein de petites scènes qui proposent différents gameplays, allant du jeu de rythme au jouet physique, mais toujours interactives. Le but est vraiment de créer un lien avec le joueur, et il y a pas mal de petites actions qui sont des choix implicites et influencent légèrement la fin du jeu.

Il y a quelques mois, on a eu l'énorme surprise d'être parmi les six nominés de l'IGF. C'est amusant parce que j'avais inscrit le jeu [au festival] au tout dernier moment sans vraiment y croire. Je me disais qu'il pouvait éventuellement gagner un prix dans la catégorie Visual Art où il a tout de même reçu une mention honorable. Il faut dire que je n'ai jamais été très fier du résultat. Je trouvais que le jeu avait de grosses lacunes de design. Visiblement, ça n'a pas dérangé le jury puisque nous avons obtenu le prix du meilleur jeu étudiant. Autant dire que notre semaine à San Francisco fut une semaine de rêve, probablement l'une des meilleures de ma vie.

L'équipe d'Un Pas fragile, presque au complet à San Francisco, reçoit le prix du meilleur jeu étudiant

Si tu devais passer une semaine à jouer, quel jeu solo choisirais-tu ?

Le dernier Zelda, même si ma réponse peut manquer d'originalité. J'ai déjà un bon paquet d'heures sur le jeu mais si je pouvais choper une semaine entière pour le terminer, ça serait top.

Quel(s) jeu(x) dont tout le monde vante les mérites ne t'intéresse(nt) pas ?

N'importe quel MMORPG. J'ai décidé de bannir ce type de jeu de ma vie puisqu'il faut souvent y passer beaucoup trop de temps pour en profiter. Sinon, tous les jeux m'intéressent vu qu'il y a souvent une leçon de game design à en tirer. Je joue pour le plaisir mais aussi et surtout pour m'instruire en tant que game designer.

Si tu ne pouvais travailler que dans un seul type de studio, plutôt indé ou grosse boîte ?

J'ai travaillé pour des petites boîtes en tant qu'indépendant, même si c'était toujours pour des jeux de commande. Et je travaille à Ubisoft depuis un an. Ce sont des expériences très différentes et il y a du bon comme du mauvais dans les deux. Après, je n'ai jamais bossé sur un projet du coeur, un truc dont je sens qu'il a le potentiel de faire une différence. Donc si je devais en choisir qu'un, ce serait probablement ça : le projet indé du coeur. Après et un jour, j'aimerais travailler sur plein de petits projets. J'ai beaucoup d'envies et de concepts en tête.

As-tu déjà un souvenir inoubliable de chez Ubisoft ?

Un seul, non, mais des meilleurs j'en ai plein. Découvrir des projets inédits avant tout le monde et être moi-même surpris, passer des moments incroyables avec mes excellents collègues (ski, tournois sur jeux en interne, etc.), faire une vraie différence sur un projet, la sortie d'un jeu sur lequel on a bossé. Tout ça, c'est génial !

Chez Cult'N'Click, on parle de cinéma et de séries. Qu'est ce qui t'a plus dernièrement ?

En série, j'ai adoré et j'adore encore Rick et Morty : c'est ultra intelligent, drôle et surprenant. J'aime aussi Steven Universe qui est une belle leçon de vie. En film, j'ai adoré Captain Fantastic, un pour les mêmes raisons qui me font apprécier Steven Universe. Et j'ai été agréablement surpris par Premier Contact, de la bonne SF.

 

As-tu des conseils à donner à ceux qui rêvent un jour d'être game designer ?

Okay, ça c'est un sujet assez lourd mais je vais essayer d'être ultra short. Déjà, si vous voulez être game designer, c'est que vous aimez créer et comprendre les jeux, et pas seulement y jouer. Ce sont des choses vraiment différentes et il y a un vrai plaisir à créer des expériences interactives et inédites. Ressentir ce plaisir est indispensable au métier puisque le game design reste un milieu hyper concurrentiel où seuls les plus acharnés réussissent.

Ensuite, il faut développer plein de petites compétences, le game designer étant amené à faire beaucoup de choses différentes. Dans le désordre, il faut être bon pour résoudre des problèmes, communiquer avec les autres, avoir une sensibilité graphique ou tout simplement artistique, être intéressé par les autres corps de métier du jeu vidéo (gestion de projet, graphisme, son, programmation, etc.) et plein d'autres choses.

C'est aussi important d'être à l'aise avec les moteurs de jeu [bon à savoir: les moteurs Construct 2 et Game Maker Studio permettent de créer de petits jeux sans savoir programmer] et la logique de programmation, afin de pouvoir démontrer des idées ou de scripter pour faire du level design.

Pour développer tout ça sans être en école, il y a plein de canaux intéressants : regarder des vidéos Youtube, lire des livres de game design ou de design en général (L'Art du jeu vidéo de Schell, Concevoir un jeu vidéo de Marc Albinet, Game Feel de Swink, Design of Everyday Things de Norman, etc.), faire des game jams, faire des jeux, apprendre à utiliser des moteurs simples (Construct 2, Game Maker, Unity), discuter avec des gens sur des forums, etc.

Un dernier mot pour la fin ?

Faire des jeux, c'est devenu vraiment très très cool et facile : il y a plein d'outils, plein de ressources et plein de gens motivés pour en faire. Et tout ça donne des expériences ultra diversifées et il nous reste encore des tonnes de choses à explorer ! Bref, n'hésitez pas à rentrer dans le milieu, surtout en amateur afin d'expérimenter sans contraintes.

 

Merci à DocGeraud d'avoir pris le temps de répondre à nos questions. Vous pouvez le suivre sur Youtube ou sur son Twitter.

 

Portrait de Sunzed
Sunzed

Fan d'Emma Stone, amateur de game design et rédacteur principalement JV.

Connectez-vous ou inscrivez-vous pour publier un commentaire