Prochain live
  • Prochain live : chaque mardi à 19h

Le Roi et l'oiseau, et l'animation française décolla

Dans le monde de l’animation française et mondiale, le Roi et l’oiseau a créé des vocations et fait changer le regard des gens envers l’animation. Il a donné naissance au film d’animation en France. Ont émergé des écoles et des classes de renom (celle des Gobelins étant la plus connue) ou des studios (Je suis bien content, auteur de Persépolis). Mais ce film s'est aussi fait dans la douleur. Entre le début du projet en 1947 et la sortie définitive en salle, il a fallu attendre 33 ans.

La genèse compliquée d’un film


Jacques Prévert et Paul Grimault

Il a été réalisé par Paul Grimault. Il s'est lancé dans l’animation en 1936. Avec André Sarrut, il fonde le studio des Gémeaux et ils constituent autour d’eux la première équipe d’animateurs français. Le premier film d’animation de Grimault sort en 1943 et prend le titre Les passagers de la grande ourse. Après ce film, il rencontre Jacques Prévert avec qui il réalise un court métrage Le petit soldat. Jacques Prévert a pu l’aider dans le domaine où Grimault juge lui-même qu’il pêche, le scénario. Pendant un an, les deux hommes se rencontrent régulièrement pour échanger autour du scénario d'un nouveau film et esquissent des dessins pour préparer le film. Ils décident de reprendre un autre conte d'Andersen : La bergère et le ramoneur.

Ce film a pour ambition de concurrencer ce que produit Walt Disney aux Etats-Unis mais aussi de s’en différencier. Ils décident donc de lui donner un discours plus adulte. Les deux hommes travaillent autour du projet pendant trois ans mais les problèmes financiers arrivent. Grimault est renvoyé de son propre studio et le film est terminé sans leur participation ni leur accord. Il sort en 1953 sous le nom de La bergère et le ramoneur avec, au début du film, un message qui indique aux spectateurs que ce qu’ils vont voir ne correspond pas à la vision de Paul Grimault et de Jacques Prévert. Bizarrement, le film est un échec monumental. Mais c’est aussi le moment où l’histoire prend une allure de combat pour Grimault qui ne va avoir plus qu’une seule idée en tête : finir son film.

Il crée un nouveau studio d’animation dans les années 50. Par ailleurs, il intente un procès pour recouvrer les négatifs de La bergère et le ramoneur pour pouvoir terminer le film. Il réussit à obtenir les négatifs en 1967 mais que faire d’un négatif daté de plus de quinze ans, qui a mal vieilli et qui n’est plus à jour. Qu’à cela ne tienne, il se met au travail et récupère 20 à 30 minutes du premier film et les remet à jour technologiquement. Il arrive à obtenir les capitaux auprès d’Antenne 2 et une avance sur recette au CNC. Il peut enfin réaliser le film qu’il souhaite. Il retourne voir son ami Jacques Prévert pour continuer à travailler sur le scénario. Le film change de nom et devient Le Roi et l’oiseau car ils sont devenus les deux protagonistes principaux. Prévert travaille sur ce projet jusqu’à sa mort le 11 avril 1977. Grimault arrive enfin au bout du chemin, le film est terminé au mois de Juillet 1979 et sort au cinéma 1980.

Le combat d'un roi et d'un oiseau


Nos trois héros

Le film prend place dans le palais du roi dans lequel tout renvoie à l’image du roi. Ce palais rassemble des styles de toutes les époques. Il est hétéroclite presque fou et on se rapproche d'un palais du facteur Cheval. Il est construit sur une ville basse extrêmement pauvre. Les gens qui l'habitent n’ont jamais vu le jour ni même des oiseaux. La rencontre avec nos personnages provoque une onde de choc qui va la mettre en branle. Paul Grimault et Jacques Prévert ont crée ce monde à deux niveaux. Le plus profond semble sombre, triste mais reste vrai alors que celui du dessus se veut parfait, clair mais terriblement dénué de vie.

L’oiseau est l’image de la liberté et le champion de l’amour que représente la Bergère et le ramoneur. Il est l’ennemi du Roi qui représente la tyrannie, la prétention, la raideur, la mégalomanie qui ne suit que son désir. L’oiseau utilise son intelligence, l’humour, l’ironie et même emprisonné, il s’amuse à modifier l’effigie du roi pour s’en moquer. Il ne perd jamais vraiment pied, il revient toujours à la vie face à un Roi qui ne sait qu’utiliser la violence aussi bien physique que psychologique pour espérer gagner.

La scène de fin est en elle-même le résumé du film. Dans un geste final, le film se termine sur la victoire de la liberté. Cette scène est la dernière sur laquelle a travaillé Prévert, deux semaines seulement, avant sa mort.

L’impact du film

Ce film a eu un impact immense à sa sortie. Il a pleinement réussi son objectif de mettre l’animation au rang du cinéma classique et démontre qu’on peut faire des longs métrages d’animation hors des Etats-Unis et pas seulement pour les enfants. Hayao Miyazaki considère ce film comme une de ses références. On trouve aussi l’influence du Roi et l'oiseau dans d'autres films comme Le géant de fer de Brad Bird dont la ressemble avec le robot de Grimault est incontestable.

La Bergère et le Ramoneur - Grand Orchestre Symphonique de la Radio Polonaise - composé par Wojciech Kilar - 1980 :

Portrait de Honir
Honir

Fan de cinéma d'animation et d'Histoire ancienne | Rédacteur débutant

Connectez-vous ou inscrivez-vous pour publier un commentaire