LIVE
  • Prochain live : chaque mardi à 20h30

GGG vs Álvarez : le noble art et des interrogations

Le duel entre le kazakh Gennady « GGG » Golovkin et le mexicain Canelo Álvarez promettait d’être le combat de l’année. A la clé, les titres WBA, WBC et IBF des poids moyens. Il a eu lieu samedi 16 septembre 2017 à Las Vegas, le jour anniversaire de l’indépendance mexicaine, et n’a pas déçu les amateurs de boxe. Ou presque. Douze rounds ont été nécessaires pour aboutir à un match nul. Aucun des deux combattants n’a pris un avantage évident. GGG a été régulièrement plus entreprenant, acculant son adversaire dans les cordes. Álvarez a proposé une plus grande variété de coups, notamment des uppercuts, des crochets au corps qui n’ont pourtant pas suffit.

Cependant, une majorité de commentateurs aurait donné GGG gagnant. Pourtant, la notation de l'un des trois juges, Adalaide Byrd, très favorable au mexicain, a conduit à un match nul. Inévitablement, on s’interroge. Y a-t-il corruption ? Favoritisme ? Tout ceci n’est-il qu’une mascarade des promoteurs de Las Vegas pour annoncer une revanche ?

Ce combat était présenté comme l’antithèse du spectacle offert par Floyd Mayweather et le champion de MMA Conor McGregor. Organisé le 26 août, leur « Money Fight » avait attiré les médias et les stars mais le combat entre un champion invaincu et un débutant en boxe anglaise avait été médiocre après trois rounds, dissimulant mal sa vraie nature : l’argent. Des sommes astronomiques avaient été distribuées. 100 m$ étaient garantis pour Mayweather, 30 m$ pour Mcgregor mais les gains réels des deux boxeurs sont estimés à 300 et 100 m$ respectivement. A titre de comparaison, les montants garantis de Golovkin et Álvarez sont de 3 et 5 m$.

S’ils ont en commun leur puissance, un palmarès remarquable et le fait qu’ils soient de vrais boxeurs accomplis, beaucoup sépare Golovkin et Álvarez. Le kazakh a 35 ans, est discipliné, charismatique, réputé pour ses directs précis et n’a jamais perdu un match professionnel. Álvarez est ambitieux, plus léger, plus jeune de huit ans, la barbe courte et rousse et n’a connu qu’une défaite face à… Floyd Mayweather. La boucle aurait pu être bouclée dans les règles de l’art. S’entend, le noble art. La boxe comptait s’offrir une virginité et proposer un vrai combat entre deux professionnels. La voici embarrassée par une nouvelle controverse. Du pain bénit pour McGregor, le provocateur :

 

Crédit : entête par Ethan Miller/Getty Images, vignette par Getty Images

Portrait de MarquisDaily
MarquisDaily

Cinéphile, photoshoppeur et rédacteur en herbe

Connectez-vous ou inscrivez-vous pour publier un commentaire