Prochain live
  • Prochain live : chaque mardi à 20h30

Death Note : le remake du manga culte par Netflix

"L'humain dont le nom est écrit dans ce cahier mourra."

Le concept de Death Note est sans nul doute simpliste. Il n'en reste pas moins que le manga du même nom s'élève au rang des œuvres cultes, au même titre que Naruto ou One Piece. C'est en tout cas vrai en France puisque Death Note a fait partie de cette vague de shônen qui a définitivement popularisé le genre. Ecrit par Tsugumi Ohba et dessiné par Takeshi Obata, Death Note est publié aux éditions Kana dans l'hexagone. 

Si vous lisez cet article, vous savez sûrement déjà ce qu'est Death Note... Mais pour les néophytes, rappelons l'intrigue. Light Kagami, lycéen modèle sous tout rapport, trouve un jour un cahier tombé du ciel nommé "Death Note". Dans ses pages, il y trouve un étrange postulat : "L'humain dont le nom est écrit dans ce cahier mourra"suivi d'un ensemble de règles d'utilisations. S'avisant que le pouvoir du cahier est bien réel, Light décide de purger le monde du mal et de devenir son nouveau dieu. Pendant ce temps, les forces de l'ordres se mettent en traque de ce mystérieux tueur en série surnommé Kira (prononciation japonaise de "Killer"). L'enquête est menée par un détective de renom, le meilleur du monde: L.


Les premières règles du Death Note, l'arme de Light/Kira pour devenir Dieu.

S'enchaînent ainsi douze tomes d'affrontements intellectuels, un jeu du chat et de la souris permanent entre Kira et L, le criminel (?) et le detective. Death Note est un thriller psychologique sombre et intense. Et Netflix est loin de faire de la publicité mensongère en qualifiant le manga de "phénomène international".

En effet, si on vous parle de Death Note maintenant, c'est pour une bonne raison. Après une série animée de très bonne facture (merci Madhouse !), une poignée d'adaptations japonaises, un drama et une comédie musicale, ce qui devait arriver arriva. Death Note aura ainsi droit a son remake américain.

Financé par Netflix, il sera disponible sur la plate-forme de streaming le 25 août. Le projet est dirigé par le réalisateur Adam Wingard, à l'origine des films d'horreur Blair Witch et You’re Next. Au casting, figurent notamment Nat Wolff (La Face cachée de Margot) dans le rôle de Light, Lakeith Stanfield (Get Out) dans le rôle de L. On retrouvera aussi l'illustre Willem Dafoe dans le rôle de Ryuk, le dieu de la Mort, original propriétaire du Death Note et compagnon de fortune de Light. L'intrigue a été transposée de Tokyo à Seattle. La réaction la plus pertinente à cette première bande-annonce est sans conteste d'être sceptique. Les plus dubitatifs d'entre vous diront même qu'on aura pas vu pire depuis Dragon Ball Evolution. Pourquoi ?

Les détracteurs les plus virulents de ce nouveau Death Note vous parlerons d'impitoyable "whitewashing" d'Hollywood. En toute objectivité, ces accusations sont bancales car le Death Note de Netflix n'est pas une adaptation, mais un remake. La présence d'un casting non-exclusivement asiatique n'est donc en soi pas un sacrilège. La principale question reste donc de savoir si le travail de localisation est bon, si ce nouveau Death Note fait honneur à l'œuvre d'origine. Et c'est là que le doute survient. D'abord, tout ce qui faisait le charme de Light semble avoir disparu. Lui qui était le parfait jeune homme, charismatique et intelligent dans le manga, semble être devenu un adolescent reclus en plein emo-trip : le genre de personnes qu'on s'attend à voir dans la rubrique "faits divers" pour avoir provoqué une fusillade. Pas vraiment l'esprit Golden Boy. Ouch.


Dans le manga, Light disait à sa première apparition: "Ce monde est pourri." d'un air las. Pas sûr que ce Light-ci le dise dans le même ton.

De la même veine, on se rend vite compte que cette première bande-annonce est bourrée de clichés, avec des séquences spectaculaires (course-poursuite avec la police, effondrement d'une grande roue) et des éléments de romance (pour le coup, vraiment pas Death Note). 

Tout n'est néanmoins pas à jeter puisque la photographie a l'air inspirée, avec des choix de lumière et des couleurs d'un certain goût. Et le Ryuk de Dafoe semble bien parti pour être l'un des points forts du film. Pour le reste, tout ce qu'on peut dire, c'est "wait and see". Cette bande-annonce n'est qu'un maigre aperçu et seul le résultat final compte.


Face-à-face classique entre L et Light. L'un doit prouver la culpabilité de l'autre, à la recherche de son nom pour le tuer.
Seattle, la nuit + pluie + néon = esthétique 10/10

Restons donc optimistes. S'il faut fustiger le Death Note américain comme Dragon Ball Evolution, nous serons les premiers à le faire. Mais que le film soit décent et contribue au mythe de l'original, c'est tout ce qu'on lui souhaite.

 

Portrait de Gaerynn
Gaerynn

Rédacteur avide de manga, comics et de pop culture en général. Bow-ties ares cool.

Connectez-vous ou inscrivez-vous pour publier un commentaire