LIVE
  • Prochain live : chaque mardi à 20h30

Beyond Good & Evil 2 : tout ce que l'on sait déjà

Grande surprise de la conférence d'Ubisoft et plus largement de l'E3 2017, Beyond Good & Evil 2 en finit avec 14 ans d'attente puisque le nouvel opus s'est enfin montré dans un premier trailer.

Si l'on aurait pu s'attendre à ne pas en savoir bien plus à son sujet, Michel Ancel, créateur de Rayman et de BGE premier du nom, a profité des jours qui ont suivi pour dévoiler un peu plus son nouveau bébé. Exploration spatiale, multijoueur ou encore création de personnages sont au rendez-vous de ce projet parmi les plus ambitieux que l'on connaisse.

LE SYSTÈME 3

Le joueur de Beyond Good & Evil 2 est propulsé au cœur du Système 3. Pour parvenir à leur fin d’enrichissement, les deux puissances qui règnent en maître, la Chine et l’Inde, ont conçu des créatures hybrides mi-animales mi-humaines.

C’est dans cette société dystopique à souhait, dirigée par de grandes corporations, où les inégalités sont légion et les questionnements éthiques absents, que le joueur commence son aventure en tant que pirate spatial débutant. Il aura à le créer de toutes pièces, à peine équipé d’une moto volante. L’objectif sera alors de se faire un nom dans la piraterie et de sillonner le système.

Dans sa manière d’aborder l’exploration spatiale, BGE 2 fait inévitablement penser à No Man’s Sky. Décoller d’une planète pour en rejoindre une autre, le tout sans chargement, le jeu de Hello Games le proposait déjà. Sauf qu’il est ici question de planètes vivantes, générées non procéduralement et à l’aspect graphique très réaliste. Pendant trois ans, l’équipe de Michel Ancel a travaillé sur un outil maison qui leur permet de simuler l’existence de ces planètes et le voyage entre elles. Si le game designer n’a pas pu réaliser tous ses souhaits dans BGE 1, c’est tout simplement que la technologie n’était pas encore à la hauteur de ses ambitions.

DES MÉCANIQUES DÉPAYSANTES

La création de personnages n’est que le début. La prise de risques est bien réelle quand on constate tout ce qui change vis-à-vis du premier jeu. Ici, il sera question de monter son équipage et d’assurer la cohésion entre ses membres, de se dégoter de nouveaux vaisseaux plus ou moins grands – les plus petits pouvant être « garés » dans les plus grands –, de les personnaliser ou encore de faire des choix : prendre des photos et les montrer à d’autres personnages, jouer avec le cycle jour/nuit dépendant de la rotation des planètes, éviter une pluie de météores et profiter de ses conséquences sont autant de mécaniques nouvelles qui laissent présager un univers riche.

Ajoutez à tout cela une dimension multijoueur non obligatoire, qui vous permettra de rencontrer et d’interagir avec d’autres joueurs au cours de votre partie, et vous obtenez un projet aux ambitions dingues.

Finalement, BGE 1 ne semble être qu’un aperçu de ce que Michel Ancel voulait vraiment faire : une aventure spatiale marquée par des personnages et paysages forts mais qui ne dépend que du joueur.

LE CHOIX DE L’OPEN DEV

Pour minimiser les risques de déception et certainement aussi pour continuer à faire parler du jeu, Ubisoft Montpellier – en charge du jeu – a fait le choix du développement ouvert à la communauté. Lancé le soir de la conférence d’Ubisoft lors de l’E3 2017, le Space Monkey Program fait office de connexion entre les développeurs soucieux de satisfaire les attentes et les vieux ou nouveaux fans, chacun pouvant en effet s’inscrire librement pour la plateforme de son choix. Espérons que les demandes des joueurs soient cohérentes avec la vision du studio et que celles-ci ne viennent pas dénaturer le projet initial. On apprécie toutefois la volonté de donner de l’importance à l’avis des joueurs.

CE QU’IL FAUT EN RETENIR

Parce qu’il y a déjà tout un tas d’informations sur Beyond Good & Evil 2, voici les principales à retenir :

  • Création de personnage, gestion de l’équipage, des relations et de la flotte,
  • Décisions caractérisant l’orientation du joueur (plutôt gentil ou méchant pirate de l’espace),
  • Interaction avec les autres PNJ et joueurs,
  • Transition entre atmosphère et vide spatial sans temps de chargement,
  • Grandes villes, déserts, forêts sont des environnements prévus,
  • Lien avec des ascendants des personnages de BGE 1.

Pour l’instant, Ubisoft n’annonce aucune plateforme ni date de sortie pour Beyond Good & Evil 2 mais la démo de gameplay montrée en privé à l’E3 tournerait sur une PS4, selon Michel Ancel. Cette même démo devrait être montrée dans la semaine, aux membres du Space Monkey Program en priorité.

QU’EN PENSER ?

Ambitieux est sûrement le terme qui caractérise le mieux ce BGE 2. Si la liberté laissée au joueur est intéressante, reste à savoir si elle ne se fera pas au détriment d’une histoire principale bien travaillée, comme ce fut le cas du premier épisode. Voyager d’une planète à l’autre librement, explorer chaque recoin avec son propre personnage, prendre des décisions importantes. Voici un bref résumé de tout ce que l’on espère pouvoir faire. Car entre les ambitions et la réalité, il y a parfois un fossé. Ou un vide, pour être raccord.

Cette année 2017 est en tout cas une grande année pour le jeu en monde ouvert. Après un Zelda Breath of the Wild déjà presque mythique, l’annonce de Beyond Good & Evil 2 laisse rêveur. Les prochains mois et années nous diront si, du rêve à la réalité, il n'y a qu'un pas.

Portrait de Sunzed
Sunzed

Fan d'Emma Stone, amateur de game design et rédacteur principalement JV.

Connectez-vous ou inscrivez-vous pour publier un commentaire