LIVE
  • Prochain live : chaque mardi à 20h30

Premier avis sur Dishonored 2

Sorti le 11 novembre, Dishonored 2 fait les gros titres de l'actualité jeux vidéo ces jours, se disputant la part belle avec Watch_Dogs 2 (disponible le 15 novembre). 

Alors que Bethesda refuse à présent d'envoyer les copies presse avant la sortie officielle, au profit d'influenceurs comme les youtubers, l'éditeur a parachevé la promotion de son bébé avec la mise en ligne d'un trailer de lancement efficace, faisant honneur au nouveau titre du studio français Arkane

Faisons le point sur Dishonored 2 après quelques heures de jeu. Il ne s'agit pas d'un test (d'autres se farciront l'exercice) mais d'un rapide débroussaillage.

D'un point de vue temporalité, ce jeu est une suite directe du premier volet. On y retrouve Corvo et ses pouvoirs mais aussi sa fille, l'impératrice Emily qui se fait subtiliser son trône par une saleté de tante dont on ignorait l'existence. En fuite (ou en très mauvaise posture), père et fille vont devoir laver leur honneur et saigner des méchants afin de retrouver le pouvoir qui leur a été usurpé. Oscillant toujours entre action (jouissive) ou infiltration, le titre garde indéniablement son punch tout en offrant une réelle liberté. Libre à nous de passer par les toits, de prendre son temps dans la ville, d'égorger le garde, de l'endormir, de l'éviter, de chasser tous les livres et autres objets, de collecter les charmes d'os et les runes ou bien de tracer son chemin sans se soucier du superflu. On peut aussi décider de laisser de côté les pouvoirs transmis par l'Outsider ou apprendre à les maitriser, en débloquer de nouveaux (via les runes). La possibilité de jouer deux personnages devrait être un gros plus même si pour le moment (après 5 heures de jeu), le choix initial d'Emily me limite à ce caractère, sans savoir ce qu'il advient de Corvo.

L'intrigue et l'univers du titre sont toujours aussi riches et admirablement travaillés même si le jeu pêche parfois un peu techniquement (de rares bugs, des textures grossières, distance d'affichage limitée, rendu parfois brouillon). Il n'en reste pas moins que l'ambiance sonore et visuelle, la richesse de ce monde, le devenir d'Emily et Corvo et le plaisir pris en les manipulant dans l'ombre, poussent à continuer ce titre très prometteur qui devrait fort logiquement marquer cette fin d'année. 

Dishonored 2 est disponible sur PC (Steam), PS4 et Xbox One. On le trouve facilement en dessous de 50 euros (loin de chez Micromania donc).

 

Portrait de Kere
Kere

« Je respire une fois sur deux, j’ai fait du sport. » Rédacteur en chef

Connectez-vous ou inscrivez-vous pour publier un commentaire