Prochain live
  • Prochain live : chaque mardi à 19h

Ces séries "so British" à découvrir

Les vacances d'été, c'est terminé ! Bye-bye les plages de sable fin, les après-midi farniente, les cocktails en terrasse... Il est temps de se remettre au travail et surtout, de reprendre ses visionnages "séries" ! C'est pourquoi on vous propose cinq pépites "made in UK". Et parce que cela serait trop facile, on laisse Sherlock, Black Mirror, Doctor Who et autre Misfits au placard ! Cet article, c'est avant tout une mise en avant de programmes injustement laissés de côté par le grand public. Rendons-leur hommage :

In The Flesh : La métaphore du "Zombie"

In the Flesh n'est pas une série de zombies comme les autres. Créée par Dominic Mitchell, elle se détache complètement de ce qui se fait encore et toujours à la télé et au cinéma. Ici, le mort-vivant n'est qu'un prétexte pour aborder des thèmes forts : la discrimination, l'homosexualité, la place au sein du cocon familial....

Dans In The Flesh, des milliers de personnes reviennent à la vie lors d'une nuit bien particulière. C'est le cas de Kieren (Luke Newberry), un jeune homme mort quatre ans auparavant. Après plusieurs mois de traitement et de réadaptation, il reprend sa place auprès de sa famille. Malgré un dur retour à la réalité en revenant dans son village natal, il tente néanmoins de retrouver goût à la vie. Son amitié nouvelle avec la drôle et rafraîchissante Amy Dyer (voir photo) et les retrouvailles avec certains de ses anciens proches suffiront-elles ?

Pour le savoir, il vous suffit juste de vous laisser emporter par ce bijou télévisuel. 2 saisons (9 épisodes au total) pour un coup de cœur quasi-inévitable.

NB : Pour les inconditionnels de l'horreur-épouvante zombiesque, sachez que nos amis anglais s'y sont aussi collés en 2008 avec Dead Set, une série gore à souhait où des candidats d'une émission de télé-réalité se retrouvent confronter à une invasion de morts vivants. Hématophobes s'abstenir !

Fleabag : Quand la comédie s'attaque au 4ème mur

Un personnage extravagant qui brise le quatrième mur, interpelle par son franc-parler et qui n'est pas Deadpool, ça vous dit quelque chose ? Non ? Fleabag, ça vous dit rien ? C'est pourtant le nom de la série de BBC Three et de son personnage principal, interprété par la virevoltante Phoebe Waller-Bridge. Fleabag, c'est une femme qui nous fait vivre ses galères et tracas du quotidien, d'une manière toujours décalée et directe (parfois trop). Sans cesse pleine d'ironie, elle passe en revue moult sujets : la famille, les amours, les regrets, la place de la femme... Grâce à des punchlines efficaces et un humour bien dosé, la série n'en fait jamais trop. Et même si elle risque de ne pas plaire à tout le monde, Fleabag a le mérite d'oser et d'innover... C'est bien là le plus important !

Pour vous forger votre propre opinion, c'est du côté d'Amazon Prime Video qu'il faut jeter un œil. Vous y trouverez les 6 épisodes de la saison 1. 

Happy Valley : La culture du drame policier

Broadchurch, Luther, The Fall... Faut-il vraiment rappeler que les britanniques sont les maîtres incontestés des séries policières ? Et bien oui ! Oui car Happy Valley est bien trop souvent absente des répertoires des prétendus fans du genre... Et cela est inacceptable ! Car plus qu'un simple "crime show", Happy Valley, c'est avant tout un raz-de-marée émotionnel... L'histoire de kidnapping traitée en saison 1 devient presque secondaire face à l'enjeu majeur qui attend la sergente de police Catherine Cawood, interprétée par l'incroyable Sarah Lancashire (voir photo). En effet, le souvenir de sa fille, décédée il y a des années, ne cesse de la hanter. Alors en apprenant que son tueur rôde de nouveau dans les parages, cette flic de 47 ans décide d'en faire son affaire personnelle.

Happy Valley est une série policière coup de poing. Grâce à sa construction scénaristique ingénieuse, à l'écriture soignée de ses personnages (celui de Catherine en tête) et au mordant de ses dialogues, elle marque forcément.

Diffusée sur BBC One, Happy Valley se compose de 2 saisons de 6 épisodes chacune. En France, on peut la trouver sur Netflix.  

Lovesick : La comédie romantique qui fait du bien

Dylan (à droite sur la photo) apprend qu'il souffre de chlamydiose, une infection sexuellement transmissible. Dès lors, il décide de recontacter ses anciennes partenaires, qu'il aurait pu contaminer sans le savoir.

Deux phrases suffisent pour pitcher "grossièrement" Lovesick (Scrotal Recall en VO), série comique de Channel 4. Porté par un trio d'acteurs attachants (Johnny Flynn dans le rôle de Dylan, Antonia Thomas, Evie et Daniel Ings dans celui de Luke), le show s'inscrit dans la lignée des comédies romantiques hollywoodiennes. Se rapprochant plus sur certains aspects de la "dramédie" que de la sitcom déjantée, Lovesick est une véritable douceur télévisuelle, qu'on savoure le sourire scotché aux lèvres. Souvent burlesque parfois plus subtil, l'humour de la série s'installe pleinement dans la plus pure tradition "british".

Et qu'on se le dise, ce ne sont pas les 14 épisodes de 25 minutes, répartis sur deux saisons qui vous rassasieront ! 

Doctor Foster : Le drame dans toute sa splendeur

Un simple cheveu trouvé sur une écharpe. Voilà le point de départ de Doctor Foster, série dramatique de BBC One. A partir de cette découverte, la vie a priori banale de Gemma Foster (incarnée avec justesse par Suranne Jones) va prendre une tout autre tournure. Les doutes naissants vis-à-vis de la fidélité de son mari, Simon (voir photo), vont tourner à l'obsession. Sa respectable carrière de médecin, sa vie de famille et même ses relations avec ses amis en pâlissent. Seule contre tous, Gemma se lance dans une véritable chasse aux indices, qui pourraient bien la conduire sur une route dangereuse : celle de la vengeance.

De prime abord assez simple, l'intrigue de Doctor Foster s'avère plus surprenante que prévu. Coups bas et mensonges rythment un récit parfois lent mais prenant. Tout comme Sarah Lancashire dans Happy Valley, Suranne Jones porte la série à bout de bras. Que ce soit par son assurance déconcertante, l'impact de ses répliques et les non-dits qui transparaissent de son regard, elle étincelle.

La saison 1, disponible en France sur Netflix, comporte 5 épisodes. La saison 2 a débuté le 5 septembre dernier outre-Manche.

Il ne vous reste plus qu'à profiter et partager, à votre tour, ces séries trop méconnues ! Bons visionnages ! 

Portrait de Kunaiman
Kunaiman

Sériephile maladif et cinéphile exigeant | Apprenti rédacteur allergique aux spoilers

Connectez-vous ou inscrivez-vous pour publier un commentaire