LIVE
  • Prochain live : chaque mardi à 20h30

Une ville et ses films : Moscou

Cette série est de retour. Nous vous avions parlé de Paris, Los Angeles, Londres, Vienne, Tokyo... Nous voici en promenade en Russie. Le cinéma soviétique, puis russe, est d'une grande richesse. La capitale Moscou est souvent mise à l'honneur. Avec 12 millions d'habitants, elle recèle forcement de multiples facettes. Pourtant, le Kremlin est souvent présent dans la courte sélection que nous vous proposons. Ses banlieues aussi, bardées d'HLM brejnéviens. A vous de les découvrir.

 

Mission impossible : Protocole Fantôme

De 2011, réalisé par Brad Bird avec Tom Cruise, Jeremy Renner, Simon Pegg, Paula Patton, Léa Seydoux.

Une prison moscovite, une fuite, la place Rouge, une vue sur la cathédrale Saint-Basile, la forteresse du Kremlin, ses gardes, ses archives et ses sous-sols puis... une explosion. La course folle de Ethan Hunt pour y échapper permet de voir la tour du Saint-Sauveur, implosant. La scène est impressionnante. Les films d'espion font la part belle à Moscou et rarement (jamais ?) avait-on vu le centre du pouvoir politique russe réduit en cendres.

 

Romance à Moscou

De 1964, réalisé par Georgiy Daneliya avec Nikita Mikhalkov (devenu grand réalisateur depuis), Aleksei Loktev, Galina Polskikh.

Volodya se rend à Moscou, aux antipodes de sa Sibérie natale. Il vient y rencontrer un écrivain avec qui il souhaite discuter de l'une de ses publications. En chemin, il rencontre Kolya, blagueur et bavare, puis Sasha avec qui ils parcourent la ville. Ce film offre un superbe portrait de Moscou : ses quais, ses cafés, ses chantiers, ses touristes japonais, ses églises, ses grands magasins, ses salles de concerts, ses parcs d'attraction, ses statues et ses habitants, souvent serviables, parfois vindicatifs. Et bien sûr son métro où la rencontre fortuite entre Volodya et Kolya débute et se termine.

Romance à Moscou fut nominé pour la Palme d'or du festival de Cannes. Vous le trouverez facilement le film en recherchant Я шагаю по Москве, sous-titrage inclut. La chanson qui le ponctue est superbe, un classique tendre et entêtant. Cliquez sur "Watch on YouTube" pour l'apprécier :

 

L'ironie du sort, ou vive les bains!

De 1975, réalisé par Eldar Ryazanov avec Andrey Myagkov, Barbara Brylska, Olga Naumenko.

La nouvelle année approche. Quelques verres de vodka de trop et Zhenya se retrouve à l'aéroport. Pourquoi ? Il ne s'en souvient plus. En saoul, il prend un taxi, rentre chez lui et est réveillé par une inconnue. Qui est-elle ? Pourquoi est-elle chez lui ? Ou plutôt, pourquoi est-il chez elle ?

Le film est un classique, souvenir de l'époque soviétique, que tout russe se doit de regarder le 31 décembre. Joué essentiellement en huit clos, il nous montre peu de Moscou, ni même de Léningrad (actuelle Saint-Pétersbourg), car tel est l'un des enjeux de cette comédie. Les banlieues de grandes villes, fraîchement sorties de terre, se ressemblent toute. Les bâtiments sont uniformes, les rues portent les mêmes noms. Les mobiliers des appartements sont tous similaires à tel point qu'un homme éméché se croirait chez lui dans n'importe quelle ville. Cependant, les dix premières minutes du film proposent quelques plans aériens de la banlieue sud de Moscou. A la 28e minute, bien malin qui pourra reconnaître l'aéroport de Moscou, Cheremetievo ou Domodedovo.

 

Jason Bourne : La mort dans la peau

De 2004, réalisé par Paul Greengrass avec Matt Damon, Franka Potente, Joan Allen et Karl Urban.

Rien de tel qu'une course poursuite pour découvrir une ville : Bullitt pour San Francisco, Ronin pour Paris, Drive pour Los Angeles... La série de Bourne parcourt de monde. Dans son deuxième volet, elle fait escale à Moscou. Non content d'avoir tué l'amie de Bourne, le méchant russe Kirill se mesure à l'agent américain amnésique dans une course ravageuse dans les rues de Moscou. C'est sans compter sur l'étonnante résistance de la Volga GAZ-3110 (le taxi jaune que conduit Bourne), le trafic sur la ceinture des Jardins (le boulevard périphérique) et les quais de la Moskova, la rivière qui traverse la ville :

 

Attraction

De 2017, réalisé par Fedor Bondarchuk avec Alexander Petrov, Irina Starshenbaum.

Un vaisseau extraterrestre s'abîme sur Moscou. La population est sous le choc. L'armée ne sait comment approcher ce problème : détruire l'alien ? s'en protéger ? informer la population ? En toile de fond ce film de science-fiction, on note forcement une critique de l'autoritaire du gouvernement actuel.

Le Moscou que nous offre Attraction n'est pas glamour. On doit souvent se contenter de sa banlieue, largement détruite, et d'une vue rapide des tours modernes du centre d'affaires international, à l'arrivée du vaisseau. Les CGI sont plutôt réussis, le scénario raisonnablement solide, à tel point que le film aura le droit à une suite cette année.

 

Crédit: image d'entête, Yulenochekk - Fotolia / © Yuliya Baturina

Portrait de MarquisDaily
MarquisDaily

Cinéphile, photoshoppeur et rédacteur en herbe

Connectez-vous ou inscrivez-vous pour publier un commentaire